Semer & Grandir
70 route des Moulins, 47310 AUBIAC,
Agen, Nouvelle Aquitaine, France
0684499160
damien@semergrandir.com
Créer du lien, Performance, Mieux vivre en entreprise, Conseil Managérial, Management Formation, Potager d'entreprise Cohésion Motivation audit agilité management agile, transformation, écoute, performance, épanouissement, manager demain, dialogue

 

 

 

Rechercher
  • Damien Lambert

Manager : une question de temps?

Très souvent, je cours ! Pas au sens « sportif » malheureusement… Je cours car j’ai mille choses à faire et j’essaie de faire tenir 12h dans les 7h officielles de ma journée de travail !

C’est le quotidien de beaucoup de cadres, managers, dirigeants.

Que se passe-t-il si nous avons une équipe à gérer, des collaborateurs à faire grandir ? Comment concilier gestion du temps et gestion d’équipe ? Combien et comment je dois consacrer du temps à mon équipe ? Voici 3 niveaux de lecture.


1. Le temps du manager : une ressource précieuse !

La course ! Tous les jours, c’est la course et je jongle entre ma vie professionnelle, mon rôle de père, de conjoint, de bénévole dans des asso, etc…

Pour le ne parler que du pro : les différents dossiers, les priorités, les urgences… Manager ou pas, nous sommes nombreux à connaitre (ou avoir connu) cette situation.



Après avoir longtemps encaissé, un jour de 2015, j’en ai eu ras le bol. Ce n’est pas venu d’un coup mais ce jour-là, juste un peu plus que d’habitude… J’ai décidé de ne plus subir, de reprendre les choses en main. Et j’ai suivi une formation sur la Gestion du Temps et des Priorités. C’est banal, n’est-ce pas ? Mais moi, ça m’a changé la vie.

J’ai supprimé des chronophages, j’ai appris que j’étais lifophile (je me soigne mais je dois avouer que c’est assez tenace 😉), j’ai fait de la pédagogie avec mes collègues (leur dire pourquoi je m’isolais 1h dans un bureau avec interdiction de me déranger !) et surtout j’ai repris le pouvoir : sur ma boite mail, sur mon agenda, sur mon smartphone.

J’y ai gagné à plusieurs niveaux :

- Sérénité et satisfaction de voir que mes « gros cailloux » étaient enfin traités dans les temps

- Donc fin de la procrastination

- Impact sur l’équilibre vie pro – vie perso : en quantitatif et en qualitatif

C’est très certainement la formation de 2 jours que j’ai le plus vite amortie dans ma vie !

Mais surtout, j’en ai retenu 2 leçons.

1ère leçon : si j’ai la tête dans le guidon, je ne suis pas apte à prendre du recul. J’ai besoin de temps et de calme pour prendre des décisions, analyser des situations, comprendre les enjeux. Et là, je disposais désormais de bien meilleures conditions pour être plus pertinent et plus efficace.

2ème leçon : ce temps que j’ai gagné, je l’ai consacré aussi à mon équipe, au Management. Là aussi, un très bon « investissement » …


2. Du temps consacré à mes collaborateurs

Lorsque j’étais Manager dans l’industrie, mes fiches de poste disaient « Garant de l’esprit d’équipe » ou bien « Manager l’équipe ». 2-3 lignes sur le Management au milieu d’une longue liste de responsabilités rattachées à la mission.

Combien de temps ça prend pour garantir l’esprit d’équipe ? Difficile d’avancer un chiffre mais ça implique beaucoup de choses : connaitre chaque personne, identifier ses leviers de motivation, ses freins, communiquer, etc…

Le management est vu au mieux comme une mission parmi d’autres, au pire comme une mission « chapeau » en plus de toutes les autres missions jugées productives.

Cette approche est délétère.


En tant que manager, pour faire grandir mon équipe, je dois (liste non exhaustive et sans ordre de priorité que je vous laisse compléter à loisir) :

- Etablir un lien de confiance,

- Identifier les compétences et les lacunes de chaque collaborateur

- Comprendre ses envies, ses appétences, tout ce que fera de lui collaborateur motivé

- Accompagner, former les collaborateurs selon leur degré de maturité sur un sujet donné

- Donner une direction, un sens

- Transmettre des consignes, communiquer

- Ecouter

- Faire vivre des valeurs

- …


L’humain, je ne peux pas le traiter à la va vite sur un coin de table. Ce doit être ma tâche principale et donc la plus grosse partie de mon temps.

S’il faut poser un chiffre, je pense qu’un Manager doit consacrer au moins 40% à 50% de son temps au Management de son équipe. Ce temps-là ne permet pas de finaliser une étude, boucler un rapport ou de produire. C’est du temps investi pour permettre à votre équipe de « faire ensemble » vers un objectif commun.

Dès lors se pose la question : comment consacrer le temps nécessaire à ma Mission de Management ? Plus facile si mon N+1 est sensible à ce sujet mais ce n’est pas toujours le cas.

Première piste : allez vous former à la Gestion du Temps et des Priorités 😉

Deuxième piste : passer par une phase de test ! Demander une période (3 mois par exemple) pendant laquelle je suis délesté de plusieurs dossiers pour passer du temps à manager. En contrepartie, je dis à quoi je m’engage, ce que je pense obtenir de mon équipe en ayant plus de temps à consacrer au management. Si le test est acté, je le fais en transparence avec mon équipe pour lui faire part des enjeux et des objectifs du test.

Ce temps disponible, je le consacre alors à des outils du Management qui vont porter des fruits rapidement : mettre ou remettre en place des rituels de communication, passer des entretiens, aller sur le terrain, aider mes collaborateurs à traiter leurs irritants. Je peux puiser dans le répertoire du Lean, de l’Agilité, du MBWA…

Je demande régulièrement du feed back à mon équipe « Comment vous vivez cette période de test ? » et j’en profite moi aussi pour reconnaitre ce qui est en train de changer avec eux.

Après 3 mois, mon équipe sera très probablement mon principal allié : par ses résultats et par son état d’esprit.

Des arguments à faire valoir auprès de votre N+1 !


Next step ?


3. Du temps libéré pour les collaborateurs

William McKnight – patron de 3M – avait le sens de la formule !

Si vous mettez des barrières autour des gens, vous obtenez des moutons. Accordez-leur l'espace dont ils ont besoin.“.

J’aurais envie de rajouter qu’il leur faut aussi du temps ! Nous l’avons dit plus haut : le temps est nécessaire à la compréhension, à la prise de recul mais aussi le temps de faire par soi-même.


On entend parler à longueur d’articles d’engagement des collaborateurs, de motivation, de bonheur au travail. Et on retrouve souvent pour fondation le triptyque : Autonomie – Sens – Maitrise (ou Compétences). Acquérir la maitrise ou l’autonomie prend justement du temps !

Un exemple : j’avais dans mes équipes industrielles des opérateurs de production très à l’aise dans leur métier. Pourtant, je ménageais du temps dans l’organisation de production pour que ponctuellement ils puissent travailler sur des sujets différents. Par exemple : rédiger des documents liés à leur machines de travail.

Dans une situation classique, je fais moi-même ces documents : c’est rapide, c’est fait comme je veux. Fait par opérateur de production c’est plus long, je dois parfois aider pour la mise en forme. Mais : c’est au plus proche des réalités du terrain, ça parle aux autres opérateurs, ça me permet de valoriser celui qui l’a fait. J’ai donc investi du temps (du mien, celui de l’opérateur), aux dépends d’autres taches plus immédiatement productives, pour générer du Sens ou de la Maitrise dans cet exemple.


Je crois intimement que le graal du Manager est là : allouer du temps à nos équipes pour leur permettre de créer par eux même leur Qualité de Travail (j’ai bien écrit Qualité de Travail et non QVT !). C’est une réponse puissante aux maux professionnels que je vois si souvent.

C’est pourtant encore bien souvent un frein ! Quand je suis en entreprise et que je constate qu’il n’y a pas de rituels de communication en place, que les salariés ne sont pas impliqués dans un projet de rénovation des bureaux ou qu’un opérateur sait depuis longtemps comment résoudre tel problème simple mais qu’il n’a pas le temps de le faire, je bondis !

Certains Dirigeants, certains Managers voient toutes actions comme du temps perdu. Dis autrement, mieux vaut produire vite et mal !

Si ce modèle vous interroge et que vous sentez que vous en avez atteint les limites, je vous suggère une piste.

Choisissez une équipe test (idéalement une équipe entre 4 et 6 personnes).

Identifiez ou faites-leur identifier un problème concret et simple à résoudre, un irritant du quotidien à faire disparaitre.

Expliquez votre projet, l’objectif (ils résolvent un problème par eux même), nommez un facilitateur (quelqu’un qui les encourage et les guide dans cette autonomie nouvelle mais qui ne se prononce pas sur la résolution du problème). Reconnaissez le droit à l’erreur.

Libérez-leur des moyens : du temps à raison 1h par semaine sur 4 semaines (soit 2,8% de leur temps productif), et un budget d’1€ symbolique (j‘expliquerai ça dans un autre article).

Intéressez-vous à la progression du projet sur la période.

Vous serez surpris du résultat : sur la forme peut être très différent de la solution que vous aviez en tête (et il faudra l’accepter !), sur le fond et ce que ça génère au sein de l’équipe comme bénéfices et comme enjeux de collaboration.


L’adage dit : Le temps, c’est de l’argent !

Consacrer du temps au management, libérer du temps pour que son équipe agisse, ça coûte !

Mais l’absentéisme, le turn-over ou le désengagement coûtent aussi.

Alors entre-ouvrez la porte du temps pour laisser souffler le vent du sens, de l’engagement et de la motivation dans votre équipe !

Retrouvez d’autres articles sur le blog de Semer & Grandir.

7 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now